PLAFONDS ACOUSTIQUES | Congo

Choisissez selon la performance

    Informations complémentaires sur l’acoustique

Bien qu’en matière de bâtiment et de plafonds suspendus, nous ayons tendance à parler généralement de « performances acoustiques », nous avons besoin de définir exactement ce que voulons dire lorsque nous parlons « d’absorption de bruit », de « réduction de bruit » ou « d’atténuation de bruit ».


L’Absorption de bruit (Alpha w ) est le processus par lequel les revêtements de sol, de mur ou de plafond d’un volume fermé contribuent à l’absorption du bruit dans la pièce en réduisant la quantité de son réfléchie par eux. Si la pièce est petite et qu’une quantité importante de bruit est absorbée à chaque réflexion, le niveau sonore résultant aura tendance à être plus faible et le temps de réverbération plus court. Inversement, si la pièce est grande et que peu de bruit est absorbé à chaque réflexion, la pièce sera plus « bruyante » et le temps de réverbération plus long. Les matériaux absorbant le bruit influencent de ce fait l’environnement sonore dans la pièce ou le volume.


 


La réduction de bruit
, est concernée par la réduction de l’énergie acoustique lorsque le son se transmet entre volumes adjacents, à travers les éléments habituels de construction. La réduction de bruit est influencée par la masse et l’épaisseur de l’élément en question, lequel transmet le bruit, qu’il y ait ou non des trous ou des fissures à l’intérieur de ce dernier ou près des joints périphériques. Plus l’élément est lourd et épais et moins de bruit sera transmis au travers de ce dernier et meilleure sera sa capacité à réduire le bruit. Toutefois, en présence de fissures ou de trous importants, la transmission du bruit sera amplifiée, les fuites vont augmenter et la capacité à réduire le bruit va diminuer. Dans le cas des plafonds suspendus, la réduction de bruit peut être mesurée de deux façons différentes, selon l’implantation de la source sonore. L’indice d’affaiblissement acoustique (R ou Rw) est la mesure du son traversant une fois le plafond, par exemple lorsque la source sonore est dans le plénum au-dessus du plafond.

 

 

L’atténuation de bruit (Dnc or Dncw), mesure le son lorsque la source sonore se trouve dans un volume adjacent et que le bruit se transmet horizontalement à travers le plafond, via le plénum commun.

 

 

 

 

Il est dès lors très important de comprendre les différences entre ces deux mesures, car elles donneront des valeurs d’essai différentes pour un même type de plafond.

L’une des principales dispositions caractérisant la qualité d'un environnement sonore est l'obtention d'un temps de réverbération optimal. Il mesure la manière dont un son décroissant persiste dans une pièce et nous indique le degré de « clarté » de l’acoustique d’un local et l'impression de volume sonore laissé par des bruits de niveau important ou faible. Il est fonction de la quantité de bruit absorbée. Pour tout local, selon ses dimensions et sa destination, parole ou musique, il existe une plage optimale de temps de réverbération.

Par exemple, pour la parole, le temps de réverbération ne doit pas être trop long (0,8 secondes est une limite supérieure satisfaisante), sinon, les ondes sonores successives se chevaucheront, entraînant une perte d'intelligibilité. Toutefois, s’il est trop court (moins de 0,4 secondes), l'acoustique du local semblera « sourd », et ceci rendra plus difficile la transmission de la parole, particulièrement dans le cas d’un discours adressé à un groupe de personnes à une certaine distance, telle que dans une salle de classe ou de réunion. Pour des enseignants qui sont en salle de classe pendant parfois 5 à 6 heures par jour, être dans une ambiance acoustique « sourd » pourrait se traduite par de la fatigue, mal de gorge… Les activités musicales, au contraire, doivent bénéficier de temps de réverbération plus longs, permettant un mélange des notes successives et une richesse sonore. Toutefois, si le temps de réverbération est particulièrement long, le son perçu perdra de sa clarté et apparaîtra « mou ». En revanche, s’il est trop court, le son paraîtra « dur », les musiciens sembleront lointains et le son manquera de « chaleur » et de « présence ».

Dans la plupart des applications telles que l’enseignement, le milieu hospitalier et le résidentiel, il existe des normes de temps de réverbération.

Donc, quelle que soit l’application, le temps de réverbération de tout local doit être optimisé et n’être ni trop long ni trop court . Trop d’absorption de bruit, lorsqu’elle n’est pas indispensable, est tout aussi inacceptable que trop peu, lorsqu’elle est nécessaire!


Produits

Actualités

Prescription

Rechercher